Lyrics - Paroles de chansons

Des milliers de paroles de chansons (lyrics), albums complets et pochettes (covers) des albums

Artistes

Soundtracks # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Francis Cabrel

1. Tourner les hélicos
Toi tu passes ton temps à planquer dans tes tiroirs
Tes paquets de papier blanc, tes morceaux d'idées noires
Après tu défiles pour 3 tickets de resto
Et puis tu pars tranquille dans ton wagon de métro
Elle elle entend, elle entend ...
Tourner les hélicos

Quand on te parle du Diable, tu balances un peu de sel
Ton bel imperméable ne passe pas sous les échelles
T'as le chien qui bouge la tête à l'arrière de l'auto
T'as deux fois plus d'appétit à l'heure des infos

Quend elle entend, elle entend...
Tourner les hélicos

C'est facile de baisser les cils
Tu sais que même le sang s'efface
Ces pauvres gens en exil
J'aimerais pas être à leur place

Y'a des villes qui se réveillent sous les coups de roquettes
Tu sirotes ton whisky le cul sur ta moquette
Et même si quelquefois t'as de l'eau dans le regard
A la première pub qui passe tout le monde se marre

Elle elle entend, elle entend...
Tourner les hélicos

Y'a des villes qui se réveillent sous les coups de roquettes
Tu sirotes ton whisky le cul sur ta moquette
Tu redemandes en colère un peu de glace en morceaux
Pendant qu'à l'autre bout de la terre
Au fond de Soweito

Elle elle entend
Tourner les hélicos...
Acheter
Vidéo
2. L'homme qui marche
Derrière chaque fenêtre
Les visages se cachent
Tout le monde est venu
Voir passer l'homme qui marche
Vu d'ici ça paraît tellement facile
On dirait qu'il est tenu par des fils
Il en est tellement venu
Des gens de toutes sortes
Depuis longtemps déjà
On n'ouvre plus les portes
Respirer, c'est toute une histoire
Tellement l'air est mauvais
Sur les trottoirs

Regardez bien : C'est le dernier
Nous on marchait avant
C'était y'a longtemps
C'est presque oublié
J'aimerais bien l'aider mais
C'est le dernier...

Entre les voitures qui sautent
Et les avions qui tombent
Il pourra chercher longtemps
Quelqu'un qui lui réponde
Il appelle, mais on n'ouvrira pas
On s'est tous fait pièger au moins une fois

Regardez bien : C'est le dernier
Nous on marchait avant
C'était y'a longtemps
C'est presque oublié
J'aimerais bien l'aider mais
C'est le dernier...

Il marche entre les nuages de gaz et de poussière
Il laisse à chaque pas comme des tâches de lumière
Acheter
Vidéo
3. Qu'est-ce que je viens de dire ?
Dans la salle de classe personne ne murmure
Juste le morceau de craie sur le morceau de mur
J'étais mieux chez moi, que dans ces livres d'histoire
Et la voix dedans me dit "tout va bien..."
Dans les rangées du haut, on conjugue le futur
Et moi j'apprends la géo sur les plaques des voitures
J'ai bien fait de m'asseoir à côté des fenêtres
Et la voix dedans me dit "tout va bien, t'as la tête ailleurs"
Jusqu'a ce que ce fou vienne hurler dans les haut-parleurs

Rêveur, qu'est-ce que je viens de dire ?

J'étais ailleurs, ailleurs
J'avoue que j'étais ailleurs
Ailleurs

Nettoyer la boue dans les trous des vestes "kaki"
Eviter les coups et les balles au bout des fusils
J'ai les mains glacées dans la cour immense
Et la voix dedans me dit "tout va bien"

Mais y'a quelqu'un qui appelle entre les tourelles des chars
Y'a le doigt qui vise une tête prise au hasard
Je dormais mieux chez moi que sur ces paquets de sable
Et la voix dedans me dit "tout va bien, t'as la tête ailleurs"
Jusqu'à ce que ce fou vienne hurler dans les haut-parleurs

Qu'est-ce que je viens de dire ? (x 2)

J'étais ailleurs, j'étais ailleurs
J'avoue que j'étais ailleurs...ailleurs...

Aujourd'hui encore j'ai les yeux qui voyagent
Mais personne ne me dérange, on dit "Il cherche des images"
"Et comment voulez-vous qu'il arrive à écrire
Si vous faites tout ce bruit autour ?
Tout ce bruit autour..."
Acheter
Vidéo
4. Je te suivrai
Y'a plusieurs mètres d'eau dans les rues de ma peine
Plusieurs tonnes de boue dans le flot de mes veines
La rivière charrie les fils de téléphone
Avec encore dedans mes appels qui résonnent
La pluie a délavé tous les mots que j'invente
Les oiseaux ont crié pour pas que tu m'entendes
Aux endroits où tu étais y'a des morceaux de glace
Et des arbres en travers pour pas que je passe

Où tu iras je te suivrai
Je te suivrai...

Même quand tu auras fermé ta centaine de portes
Même quand tu auras pleuré pour les enfants d'un autre
Même quand tu auras éteint ce qui brûlait de mieux
Même si tu pars plus loin que ne portent mes yeux

Où tu iras je te suivrai
Je te suivrai...

Même au plus profond du silence
Je t'entends encore me dire
On s'approche du ciel

Nos livres fermés se balancent
J'veux pas tomber tout seul
J'veux pas tomber tout seul

Si tu veux j'aimerai même ceux qui te touchent
Ceux qui ont le goût de toi encore plein la bouche
Même ceux que tu hais, même ceux que tu aimes
Il y a tellement d'eau dans les rues de ma peine...

Où tu iras je te suivrai
Où tu iras...

Je t'entends encore me dire
On s'approche du ciel
J'veux pas tomber tout seul
J'veux pas tomber tout seul

Il a neigé partout aux rebords des fenêtres
De cette ville floue ne plus te connaître
Encore combien d'hivers passeront sous ma porte
Avant qu'un jour j'ose dire que j'aime quelqu'un d'autre
Acheter
Vidéo
5. Gitans
Quand t'es parti gitan
Tu as laissé seulement
Une voiture en morceaux
T'as pris des chaises de bambou
Ta guitare de rien du tout
T'as mis le vent sous ta peau
T'as caressé les oiseaux, t'as caressé les oiseaux
T'as mis des pierres sur le feu
Les femmes aux longs cheveux
Ont tout lavé dans les seaux

Séché le linge sur des buissons
Rentré les gosses dans les camions
Sur les paniers de roseaux
Et caressé les oiseaux, caressé les oiseaux
Où allais-tu ?

A part les flaques de boue
Et quelque traces de roues
Tu n'as rien voulu laisser

T'as mis ta fierté gitane
Aux rideaux des caravanes
Comme des drapeaux pliés
T'as caressé les oiseaux, caressé les oiseaux
Où allais-tu ?

J'ai peur des lumières des villes
Des grandes maisons immobiles
Des jardins bâtis tout autour

J'ai peur qu'on emmène d'office
Au bout du fusil des milices
Les enfants de notre amour

Ils traitent nos filles de voleuses
Du fond de leur maisons peureuses
Pleines de chiens de combat

Ils attachent leurs volailles
Ils surveillent leurs ferrailles
On ne se ressemble pas...

Y'a un panneau depuis
Stationnement interdit
Comme s'il y avait eu la peste
T'as plus qu'à chercher ailleurs
Des gens qui auront moins peur
En espérant qu'il en reste
Et caresser les oiseaux !
Acheter
Vidéo
6. Encore et encore
D'abord vos corps qui se séparent
T'es seule dans la lumière des phares
T'entends à chaque fois que tu respires
Comme un bout de tissu qui se déchire
Et ça continue encore et encore
C'est que le début d'accord, d'accord...
L'instant d'après le vent se déchaîne
Les heures s'allongent comme des semaines

Tu te retrouves seule assise par terre
A bondir à chaque bruit de portière
Et ça continue encore et encore
C'est que le début d'accord, d'accord...

Quelque chose vient de tomber
Sur les lames de ton plancher
C'est toujours le même film qui passe
T'es toute seule au fond de l'espace

T'as personne devant...personne...

La même nuit que la nuit d'avant
Les mêmes endroits deux fois trop grands
T'avances comme dans des couloirs
Tu t'arranges pour éviter les miroirs

Et ça continue encore et encore
C'est que le début d'accord, d'accord...
Quelque chose vient de tomber
Sur les lames de ton plancher
C'est toujours le même film qui passe
T'es toute seule au fond de l'espace

T'as personne devant...personne...

Faudrait que t'arrives à en parler au passé
Faudrait que t'arrives à ne plus penser à ça
Faudrait que tu l'oublies à longueur de journée

Dis-toi qu'il est de l'autre côté du pôle
Dis-toi surtout qu'il ne reviendra pas
Et ça te fait marrer les oiseaux qui s'envolent
Les oiseaux qui s'envolent

Tu comptes les chances qu'il te reste
Un peu de son parfum sur ta veste
Tu avais dû confondre les lumières
D'une étoile et d'un réverbère

Et ça continue encore et encore
C'est que le début d'accord, d'accord...

Y'a des couples qui se défont
Sur les lames de son plafond
C'est toujours le même film qui passe
T'es toute seule au fond de l'espace

T'as personne devant...personne...
Acheter
Vidéo
7. Le lac Huron
Je suis tombé au premier matin
Devant ma mère à genoux
On m'a fait boire le lait des chiens
Chauffé sur les cailloux
Encore aujourd'hui
Quand j'ai le sang qui bout
Quand je sens que monte l'orage
Je peux hurler jusqu'à ce que les loups
Viennent me lécher le visage

Je savais lire les marques du temps
Sur les écorces des arbres
Je savais compter les éclats de marbre
Sur la peau des serpents

Acheter
Vidéo
8. Lisa
Lisa nos barques en papier
Dans le grand bassin bleu
Tes premiers pinceaux de noir pour les yeux
Tu disais souvent " on vivra ailleurs "
Je courais me cacher
Quand je voulais que tu pleures
Quelques hommes jouent encore
Comme des enfants cruels
Ce soir Odessa s'endort sous le ciel

Lisa c'est partout les mêmes
Les fumées des avions
T'es juste du mauvais côté de l'horizon

Les seuls trains qui partent
Sont des trains de banlieue
T'as beau tendre tes mains
Y'a tout ce vide au milieu
Et tes chansons retombent
Aux pianos des hôtels
Pendant qu'Odessa s'endort sous le ciel

Il ne reste que le nom que tu portes
J'imagine le son de ta voix
Un beau jour c'est certain tu t'envoleras

Lisa des soldats surveillent
Les camions de courrier
Tes mots en reviennent tout déshabillés...

Quelques hommes jouent encore
Comme des enfants cruels
Sans doute Odessa s'endort sous le ciel

Il me reste le nom que tu portes
J'imagine le son de ta voix
Un beau jour c'est certain tu t'envoleras

Lisa, accrochée aux ailes
Des oiseaux disssidents
Acheter
Vidéo
9. Docteur
Hey Docteur, j'ai déjà pas mal
De tours au compteur
Pas mal d'années derrière
J'aimerais faire moins que mon âge
Est-ce que tu peux faire un peu de ménage
Sur la peau de mon visage ?
Faut que t'effaces
Toutes ces traces
Creusées sur ma figure
Trempe mon coeur dans le ciment
Mes cheveux dans la peinture
Je ne sortirai plus jamais
Sans plusieurs couches de fourrure
Ma famille a de l'argent... Docteur

Hey Sorcier
Pourquoi sommes nous fiers comme des rochers
Fragiles comme du verre ?
Je préfère le silex

Ce temps qui passe et moi qui passe avec
Je prends ça comme un échec
Faut que tu effaces
Toutes ces traces
Creusées sur ma figure...

On est tous pareils
Il est pour moi le soleil
On est tous les mêmes
C'est moi que j'aime

Faut que tu effaces
Toutes ces traces
Creusées sur ma figure...
Acheter
Vidéo
10. Photos de voyage
Comme l'enfant des îles
Avec rien sur la peau
Qui regarde tranquille
Croiser les paquebots
Tu descends tu t'approches
T'as l'argent dans les poches
Tu le prends en photo

Au retour du voyage
Dans les coins du salon
Tu retrouves son visage
Sur des bouts de carton

Dans des boîtes à chaussures
Au milieu des factures
Et des billets d'avions

Toi t'as l'argent, lui le soleil
Il a tout son temps toi t'as ton appareil
Tu ramènes des images
Des photos de voyages

Tu crois que t'es heureux pareil
T'as tes repas d'affaires
Et tes nuits de travail
Il est assis par terre
Les cheveux jusqu'à la taille

Il répare la nasse
Pour les poissons qui passent
La barrière de corail

Toi t'as l'argent

T'as fait de grandes études
On te respecte beaucoup
Mais t'as les jambes qui brûlent
Et y'a des insectes partout

Dans le fond de ta ville
T'as remis ton manteau
Quelquefois ça descend
Quinze en dessous de zéro
Sur le bord de sa case
Que la chaleur écrase
Il boit le lait de coco

Toi t'as l'argent...
Acheter
Vidéo