Lyrics - Paroles de chansons

Des milliers de paroles de chansons (lyrics), albums complets et pochettes (covers) des albums

Artistes

Soundtracks # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Francis Cabrel

1. Animal
Tu voudrais qu'elle t'aime
T'as changé tes manières,
Tu prends des allures mondaines,
Tu racontes seulement
Tes voyages en première, en première.
Tu veux qu'elle t'estime,
Tu sors tes plus belles lectures,
T'as vu des centaines de films,
T'expliques d'où viennent
Ces tapis sur le mur, sur le mur.

Et y'a une heure où va retentir... le signal

Tu voudrais qu'elle rêve,
Tu gardes un petit doigt en l'air,
Tu parles de décalages horaires,
Des plages blanches
A l'autre bout de la terre, de la terre.

(ou) Pourquoi pas Venise,
Quand les fontaines s'allument,
En dessous des lumières grises,
On pourrait danser
Sur le bord des lagunes, des lagunes.

Et y'a une heure où va retentir... le signal,
Un moment où tu vas t'sentir...
Animal, animal, animal,
Animal, animal.

Celui qui attend sous le déluge,
Qui couche contre la porte,
Celui qui crie, qui hurle jusqu'à ce que tu sortes,
Qui t'aime dans la voiture,
Qui court quand tu appelles,
qui pleure, qui pleure, qui pleure
"Mon Dieu que les femmes sont belles !"
"Mon dieu, mon Dieu, mon Dieu..."
"Que les femmes sont..."

Tu voudrais qu'elle danse,
Qu'il y ait des fleurs partout par terre,
Et dans le grand silence,
Tu te sens capable de marcher sur la mer,
Sur la mer.

Tu voudrais qu'elle t'aime,
Tu sors tes plus belles lectures,
Et t'en oublies certaines,
Comme ces filles à plat posées sur tes murs,
Sur tes murs.
Et y'a une heure où va Retentir...
Le signal,
Un moment où tu vas t'sentir...
Animal,animal,animal,
Animal,animal.

Animal,
Le signal,
Le signal,
Animal...
Acheter
Vidéo
2. C'est écrit
Elle te fera changer la course des nuages,
Balayer tes projets, vieillir bien avant l'âge,
Tu la perdras cent fois dans les vapeurs des ports,
C'est écrit...
Elle rentrera blessée dans les parfums d'un autre,
Tu t'entendras hurler "que les diables l'emportent",
Elle voudra que tu pardonnes, et tu pardonneras,
C'est écrit...

Elle n'en sort plus de ta mémoire
Ni la nuit, ni le jour,
Elle danse derrière les brouillards
Et toi, tu cherches et tu cours.

Tu prieras jusqu'aux heures ou personne n'écoute,
Tu videras tous les bars qu'elle mettra sur ta route,
T'en passeras des nuits à regarder dehors.
C'est écrit...

Elle n'en sort plus de ta mémoire
Ni la nuit, ni le jour,
Elle danse derrière les brouillards
Et toi, tu cherches et tu cours,
Mais y'a pas d'amours sans histoires.
Et tu rêves, tu rêves...

Qu'est-ce qu'elle aime, qu'est-ce qu'elle veut ?
Et ces ombres qu'elle te dessine autour des yeux ?
Qu'est-ce qu'elle aime ?

Qu'est-ce qu'elle rêve, qui elle voit ?
Et ces cordes qu'elle t'enroule autour des bras ?
Qu'est-ce qu'elle rêve ?

Je t'écouterai me dire ses soupirs,
Ses dentelles,
Qu'à bien y réfléchir
Elle n'est plus vraiment belle,
Que t'es déjà passé
Par des moments plus forts,
Depuis ...

Elle n'en sort plus de ta mémoire
Ni la nuit, ni le jour,
Elle danse derrière les brouillards
Tu cherches et tu cours,
Mais y'a pas d'amours sans histoires
Oh tu rêves, tu rêves...

Elle n'en sort plus de ta mémoire
Elle danse derrière les brouillards
Et moi j'ai vécu la même histoire
Depuis je compte les jours...
Depuis je compte les jours...
Depuis je compte les jours...
Acheter
Vidéo
3. Sarbacane
On croyait savoir tout sur l'amour
Depuis toujours,
Nos corps par coeur et nos coeurs
Au chaud dans le velours.
Et puis te voilà bout de femme,
Comme soufflée d'une sarbacane.
Le ciel a même un autre éclat
Depuis toi.

Les hommes poursuivent ce temps
Qui court depuis toujours,
Voilà que t'arrives
Et que tout s'éclaire sur mon parcours,

Pendue à mon cou comme une liane,
Comme le roseau de la sarbacane.
Le ciel s'est ouvert par endroits,
Depuis toi.

Pas besoin de phrases ni de longs discours,
Ca change tout dedans, ça change tout autour.

Finis les matins paupières en panne,
Lourdes comme des bouteilles de butane,
J'ai presque plus ma tête à moi,
Depuis toi.

Pas besoin de faire de trop longs discours,
Ca change tout dedans, ça change tout autour,

Pourvu que jamais tu ne t'éloignes,
Plus loin qu'un jet de sarbacane,
J'ai presque plus ma tête à moi,
Depuis toi.

Alors te voilà bout de femme,
Comme soufflée d'une sarbacane.
Le ciel s'est ouvert par endroits,
Depuis toi.
Oh depuis toi...
Acheter
Vidéo
4. Rosie
Elle était déjà là bien avant
Que les camions ne viennent,
Elle tournait comme une enfant,
Une poupée derrière la scène.
C'était facile de lui parler,
On a échangé quelques mots
Je lui ai donné mon passe
Pour qu'elle puisse entrer voir le show.

Elle s'est assise à côté de moi
Sur des caisses de bières,
Pendant que je mixais le son pour le groupe,
Sur la scène en arrière,

Elle les fixait
A s'en brûler la peau,
Moi, je la trouvais
Tellement belle,

Après le dernier morceau,
Le batteur est parti avec elle.

Oh Rosie, tout est blanc,
Tes yeux m'éclairent,
De t'avoir eue un instant,
J'étais tellement fier,
Tout ce qu'il me reste à présent,
L'envie de tout foutre en l'air,
Et de recommencer la nuit...

....Rosie.

Je suppose j'aurais dû deviner,
Qu'elle venait pour les stars,
Et m'empêcher de l'imaginer
Dans mes bras plus tard,

Depuis tout le temps que j'en tremble,
Ce soir quand même j'ai compris,
Faut pas dire à qui je ressemble,
Faut dire qui je suis.

Oh Rosie, tout est blanc,
Tes yeux m'éclairent,
De t'avoir eue un instant,
J'étais tellement fier,

Tout ce qu'il me reste à présent,
L'envie de tout foutre en l'air,
Et de recommencer la nuit...
Recommencer la nuit...
Rosie... Rosie...Rosie...Rosie
Acheter
Vidéo
5. Tout le monde y pense
Tout le monde y pense,
Les hommes, les anges, les vautours,
Y'a plus de distances,
Personne qu'y ait les bras trop courts,
Tout le monde espère,
Même à l'arrière des arrière-cours,
Tout le monde veut son billet retour,
D'amour, d'amour,d'amour, d'amour.

Son éclat de chance,
Celui qui vous brûle, vous inonde,
Mais le ciel s'en balance,
Puisqu'il y en a pas pour tout le monde,

Y'a des gens plein les urgences,
Sous les lumières des abats-jour,
Qui attendent leur billet retour,
D'amour, d'amour, d'amour, d'amour...

Ces anges qui dansent,
Sur ces pistes trempées d'alcools,
Dans ces caves immenses,
Les cheveux collés aux épaules,

S'envolent en silence,
Et s'éparpillent au petit -jour,
En cherchant des billets retour,
D'amour, d'amour, d'amour, d'amour...

Ces femmes qui s'avancent,
En tenant au bout de leurs bras,
Ces enfants qui lancent,
Des pierres vers les soldats,

C'est perdu d'avance,
Les cailloux sur des casques lourds,
Tout ça pour des billets retour,
D'amour, d'amour, d'amour, d'amour...

Les hommes, les anges, les vautours...
Personne qui ait les bras trop courts...
Tout le monde y pense...
Acheter
Vidéo
6. Je sais que tu danses
J'aimerais que le temps s'accélère,
Qu'il efface toutes nos scènes de guerre,
Et que cette histoire recommence.
Y'a bien des nageurs qui reviennent,
Y'a bien des forêts qui s'éteignent,
Y'a bien des étoiles qui avancent.
Toi, je sais que tu danses.
Je sais que tu danses.
Je vois dans mes nuits écarlates,
Des diables et des dieux qui se battent,
Devant tes cheveux qui se balancent.
Pendant que mes forces s'évaporent,
pendant que mes mains cherchent ton corps,
Dans toute l'épaisseur du silence.
Je sais que tu danses.
Je sais que tu danses.
Je vois ton image partout,
Des croix sur les endroits où,
Depuis ton parfum se balance.
Je vois ton image partout...
Je ferai de mon mieux pour sourire,
Je baisserai les yeux pour te dire,
Combien les hivers sont immenses.
Sans que tu prononces une parole,
Sans même que tes pieds touchent le sol.
Quand tu reviendras si t'y penses.
J'aimerais que tu danses.
J'aimerais que tu danses.
Y'aura ton image partout,
Des croix sur les endroits où,
Depuis ton parfum se balance.
Y'aura ton image partout...
Y'aura ton image partout,
Des croix sur les endroits où,
Je vois ton corps en transparence.
Y'aura ton image partout...
Y'aura ton image partout...
Acheter
Vidéo
7. J'ai peur de l'avion
Des milliers d'hommes d'affaires
Le nez dans le journal
Rien d'autre à faire
J'ai pas de costume sombre
J'ai pas de conversation
Et puis, j'ai peur de l'avion

Bienvenue dans le piège
Une voix de velours
Qui dit, "sous votre siège
La veste de secours"
Faut qu'il y en ait un qui tombe
C'est peut-être le bon
J'ai peur de l'avion

Tous les bruits sont bizarres
Toutes les odeurs suspectes
Même couché dans le couloir
Je veux qu'on me respecte

J'aimerais faire comme tout l'monde
Trouver ça naturel
D'être expulsé d'une fronde
Jusqu'au milieu du ciel.
Qu'elle parait minuscule
Cette piste en béton
J'ai peur de l'avion

Si jamais on se pose
Ailleurs que dans les branches
Je propose de suivre
Toutes les messes de dimanche
Je jure que je rentre à pied à la maison
Y a rien à faire, rien à faire
J'ai peur de l'avion
Peur de l'avion
Peur de l'avion
Peur de l'avion
Acheter
Vidéo
8. Dormir debout
J'ai dû dormir debout,
Pas un mot, pas un geste,
L'homme qui pouvait sauver l'amour
Est parti sans laisser d'adresse.
Quelque part au ciel,
J'attends des nouvelles,
Mais les étoiles sont floues.

Il tombe autant de pluie
Que tout l'amour qu'il mérite,
L'homme qui courait après Lucie
Est parti quand même un peu vite.

Dans les mauvaises fables,
Dans les vents de sable,
Le diable est partout.

J'ai dû dormir debout.
Dormir debout.

C'est une histoire de fous,
Tout ce vide que tu laisses,
L'homme qui pouvait sauver l'amour
Est parti sans laisser d'adresse.

Au ciel quelque part, difficile à voir,
Quand t'es K.O debout..

Des millions de lumières,
Accrochées aux barrières,
De ce temps qui gâche tout,
Comme des signaux pour lui dire,

Qu'y a déjà des rivières,
Au milieu des déserts,
Et des champs de cailloux,
Et qu'on lui garde surtout,
Et qu'on lui garde surtout,
Sa place au milieu de nous,

Au milieu de nous...

Juste au milieu de nous,
Pour tout le temps qu'il nous reste,
L'homme qui pouvait sauver l'amour
Est parti sans laisser d'adresse.

Depuis le fond du ciel,
Jusqu'aux murs des hôtels,
Les étoiles sont floues.
J'ai dû dormir debout.
Dormir debout...
J'ai dû dormir debout.
Dormir debout...
J'ai dû dormir !...
Debout...
Acheter
Vidéo
9. Petite sirène
Pleure pas petite sirène,
La ville dort encore,
Ton histoire commence à peine.
Pleure pas petite sirène,
Le jour attend dehors,
Dans les brumes des fontaines.

Ce matin est si clair,
Ce silence est si doux,
Des paroles d'hommes flottent dans l'air,
Tout le monde a rendez-vous.

La nuit est passée toute entière,
Creusée sur nos joues.
Tu déchires tout d'un trait de lumière,
Et c'est la vie tout à coup... La vie tout à coup.

Pleure pas petite sirène,
La ville dort encore,
Ton histoire commence à peine.

Pleure pas petite sirène,
Le jour attend dehors,
Dans les brumes des fontaines.

Ca se voit que tu viens de chez les anges
T'es belle comme tout.
Ca se voit que nos manières te dérangent,
Et ces lumières partout.

Tous ces fantômes qui te touchent,
Ces mains qui te secouent,
Cette bouffée d'air froid dans ta bouche.
C'est la vie tout à coup... La vie tout à coup.

Pleure pas petite sirène,
La ville dort encore,
Ton histoire commence à peine.

Pleure pas petite sirène,
Le jour attend dehors,
Dans les brumes des fontaines.

Voilà que tu viens comme une reine,
Juste à la pointe du jour,
Avec dans son écho de porcelaine,
Ton appel au secours.

Comme un signal pour que s'égrène,
Ce temps qui s'enfuit à son tour,
D'abord les heures, les jours, les semaines,
Et puis les années d'amour...
Les années d'amour.

Pleure pas petite sirène,
La ville dort encore,
Ton histoire commence à peine.

Pleure pas petite sirène,
Le jour attend dehors,
Dans les brumes des fontaines.

Pleure pas petite sirène...

Pleure pas petite sirène,
Le jour attend dehors,
Dans les brumes des fontaines
Acheter
Vidéo
10. Le pas des ballerines
Pleure pas petite sirène,
La ville dort encore,
Ton histoire commence à peine.
Pleure pas petite sirène,
Le jour attend dehors,
Dans les brumes des fontaines.

Ce matin est si clair,
Ce silence est si doux,
Des paroles d'hommes flottent dans l'air,
Tout le monde a rendez-vous.

La nuit est passée toute entière,
Creusée sur nos joues.
Tu déchires tout d'un trait de lumière,
Et c'est la vie tout à coup... La vie tout à coup.

Pleure pas petite sirène,
La ville dort encore,
Ton histoire commence à peine.

Pleure pas petite sirène,
Le jour attend dehors,
Dans les brumes des fontaines.

Ca se voit que tu viens de chez les anges
T'es belle comme tout.
Ca se voit que nos manières te dérangent,
Et ces lumières partout.

Tous ces fantômes qui te touchent,
Ces mains qui te secouent,
Cette bouffée d'air froid dans ta bouche.
C'est la vie tout à coup... La vie tout à coup.

Pleure pas petite sirène,
La ville dort encore,
Ton histoire commence à peine.

Pleure pas petite sirène,
Le jour attend dehors,
Dans les brumes des fontaines.

Voilà que tu viens comme une reine,
Juste à la pointe du jour,
Avec dans son écho de porcelaine,
Ton appel au secours.

Comme un signal pour que s'égrène,
Ce temps qui s'enfuit à son tour,
D'abord les heures, les jours, les semaines,
Et puis les années d'amour...
Les années d'amour.

Pleure pas petite sirène,
La ville dort encore,
Ton histoire commence à peine.

Pleure pas petite sirène,
Le jour attend dehors,
Dans les brumes des fontaines.

Pleure pas petite sirène...

Pleure pas petite sirène,
Le jour attend dehors,
Dans les brumes des fontaines
Acheter
Vidéo