Lyrics - Paroles de chansons

Des milliers de paroles de chansons (lyrics), albums complets et pochettes (covers) des albums

Artistes

Soundtracks # A B C D E F G H I J K L M N O P Q R S T U V W X Y Z

Francis Cabrel

1. Question d'équilibre
Je suis tout seul ce soir
J'ai les bras collés au comptoir
J'ai les pieds en bas dans la poussière
La tête là-haut dans le brouillard
Dans tous les couloirs
J'ai cru revoir les courbes de ton corps
Dans toutes les salles des aérogares
Dans toutes les cales des navires du port

chorus :
J'ai besoin de toi pour vivre
C'est une question d'équilibre
Quand t'es partie ça m'a coupé les ailes
Depuis le plancher m'appelle
Le plancher m'appelle

Faut pas m'en vouloir
J'suis pas en état de te revoir
J'ai laissé toutes les larmes de mon corps
Dans le ruisseau en bas du trottoir

Et tous les autres m'agacent
Ceux qui parlent haut, ceux qui parlent fort
Je ne vois que toi dans les grandes glaces
Entre les bouteilles de "Southern Confort"

chorus

Encore un verre
Après je me couche par terre
Je veux dormir en essayant de croire
Que c'est un de tes regards
Mais tous les autres m'agacent...
Acheter
Vidéo
2. La fille qui m'accompagne
Elle parle comme l'eau des fontaines
Comme les matins sur la montagne
Elle a les yeux presque aussi clairs
Que les murs blancs du fond de l'Espagne

Le bleu nuit de ses rêves m'attire
Même si elle connaît les mots qui déchirent
J'ai promis de ne jamais mentir
A la fille qui m'accompagne

Au fond de son jeu de miroir
Elle a emprisonné mon image
Et même quand je suis loin le soir
Elle pose ses mains sur mon visage

J'ai brûlé tous mes vieux souvenirs
Depuis qu'elle a mon coeur en point de mire
Et je garde mes nouvelles images
Pour la fille avec qui je voyage

On s'est juré les mots des enfants modèles
On se tiendra toujours loin des tourbillons géants
Elle prendra jamais mon coeur pour un hôtel
Je dirai les mots qu'elle attend

Elle sait des îles auxquelles je pense
Et l'autre moitié de mes secrets
Je sais qu'une autre nuit s'avance
Lorsque j'entends glisser ses colliers

Un jour je bâtirai un empire
Avec tous nos instants de plaisir
Pour que plus jamais rien ne m'éloigne
De la fille qui m'accompagne

On s'est juré les mots des enfants modèles
On se tiendra toujours loin des tourbillons géants
Je prendrai jamais son coeur pour un hôtel
Elle dira les mots que j'attends

Elle sait les îles auxquelles je pense
Et l'autre moitié de mes délires
Elle sait déjà qu'entre elle et moi
Plus y'a d'espace et moins je respire
Acheter
Vidéo
3. Le temps s'en allait
Ce matin j'ai joué aux billes
J'ai couru les filles
J'ai pris tout mon temps
J'ai accroché mon coeur
Aux épines de fleurs
Et j'ai gagné souvent

Ce soir, je pousse de ma canne
Les feuilles des platanes
Sous les bancs de ciment

Dans les odeurs de cigares
Et le bruit des guitares
De mes petits enfants

Je courais, je courais, je courais
Et le temps s'en allait
Je courais, je courais...

Et tout le temps que je passe
Assis à la mÍme place
Juste à bouger les yeux

Avec mes vieilles rengaines
Mon écharpe de laine
Même quand le ciel est tout bleu

Toujours la voix qui s'embrume
La crainte du rhume
Ou le bruit des avions

Et dans le froid qui s'approche
J'ai peur que les cloches
Chantent bientôt mon prénom

Je courais, je courais, je courais
Et le temps s'en allait
Je courais, je courais

Toi, mon enfant que j'aime
Toi qui a tant de peine
Assieds-toi un moment

Quels que soient ceux qui te quittent
Dis-toi que le temps passe vite
Et que la poussière t'attend

Tu vois ces bras de misère
On fait le tour de la terre
Pour une fille de chez nous

Ils ont fait sauter les tables
Et des plages de sable
Et des hordes de loups

On était tellement bien
On était tellement bien
Qu'on était presque perdus

On était tellement haut
Et tellement beaux
Qu'on ne se reconnaît plus

On courait, on courait, on courait...
Et le temps s'en allait...

Ce matin j'ai joué aux billes
J'ai couru les filles
J'ai pris tout mon temps

J'ai accroché mon coeur
Aux épices de fleurs
Et j'ai gagné souvent

Ce soir, j'ai plus de problèmes
Tout le monde m'aime
Mais c'est pas pareil qu'avant...

Parce qu'il y a le bout de ma canne
Les feuilles des platanes
Et c'est l'automne tout le temps

Toi mon enfant que j'aime...
Acheter
Vidéo
4. Edition spéciale
D'abord y'a cette fille
Dans la boîte de verre
Qui dit "Bonne nuit, à demain"
Sur un bout de musique
Des bonshommes à l'envers
Et puis après plus rien

J'étais là à huit heures
Pour les mauvaises nouvelles
Elle m'a laissé tout seul
Avec mes envies d'elle

Derrière son visage
Un paysage de neige
Et puis après plus rien

Après je prends mon pote
Sur la radio locale
Au milieu d'un discours
C'est le temps qu'il espère
Au-dessus de son bocal
S'il arrive à faire jour

Parce qu'il parait qu'y a le feu
A la moitié de la terre
Et qu'on attend du mieux
Juste pour les sagittaires

Après un dernier verre
Le souffle des étoiles
Et puis après plus rien
Et puis après plus rien

Et puis après Edition Spéciale, Edition Spéciale
En couleur naturelle
Mes envies d'elle
Et puis après Edition Spéciale, Edition Spéciale

En grandeur nature
Ses yeux sur le mur
Et puis après je cherche
Quelqu'un que je connais
Qui soit encore debout

Faut pas que je me leurre
A l'heure qu'il est
On doit pas être beaucoup
J'ai du mal à dormir
A côté de personne

Le silence m'attend
Je l'entends qui résonne
"Allez, Salut bonsoir !"

Le bruit quand je raccroche
Et puis après plus rien
Et puis après ...Edition Spéciale...

Quand je me lève
La fille dans la boîte de verre
A déjà dit bonjour

Mon poste est reparti
Dans une autre colère
Sur un autre discours
Mais la nuit arrive vite
A ceux qui ont peur d'elle
Y'a des choses qu'on évite

Pas facile avec elle
Après-midi tranquille
Après-midi banal
Et puis après...
Et puis après...
Edition Spéciale
Acheter
Vidéo
5. Saïd et Mohamed
Elle changeait les draps de l'hôtel
Les traces de doigts sur les poubelles
Petite hirondelle, au milieu des corbeaux
Elle chantait "Desperado"
Moi, j'avais du retard sur le sommeil
Je m'étais fait doubler par le soleil
Elle de l'autre côté du couloir
Elle faisait chanter les miroirs

J'ai passé une heure de sa vie
Une heure sous le soleil d'Algérie
Sous la course des planètes
Y'a des moments qu'on regrette

Derrière ses paupières mi-closes
Je voyais plus de gris que de rose
Quand je suis parti, j'ai bien compris
Que je perdais quelque chose

Ses enfants qui font rien à l'école
Et qui ont les poches pleines de tubes de colle
Et toute façon personne ne t'aide
Quand tu t'appelles Saïd ou Mohamed

C'est le ciel en têle ondulée pour toujours
C'est la fenêtre sur la troisième cour
C'est le cri des voisines plein les oreilles
Et les heures de mauvais sommeil

Mais s'il y a quelqu'un autour qui comprend
Le mauvais français le musulman,
Sous la course des planètes
Ca serait bien qu'il s'inquiète

Avant que ses paupières n'explosent
Qu'elle prenne ce gris en overdose
Quand je suis parti j'ai bien compris
Qu'on y pouvait quelque chose...

Toi t'envoies dix francs
Pour les enfants du Gange
Parce que t'as vu les photos qui dérangent
T'envoies dix francs
Pour les enfants d'ailleurs
Parce que t'as vu les photos qui font peur

Et elle que tu croises en bas de chez toi
Elle que tu croises en bas de chez toi...
Depuis je suis retourné à Marseille
Ses amis n'ont pas de nouvelles

Y'a trop d'hirondelles
Ou trop de corbeaux
Elle a du changer de ghetto
Moi, je crois plutôt qu'elle
Change les draps d'un autre hôtel
D'autres traces de doigts
Sur d'autres poubelles

De l'autre côté d'un autre couloir
Elle doit faire chanter les miroirs
Chanter les miroirs
Acheter
Vidéo
6. L'enfant qui dort
Laissez rêver l'enfant qui dort
Aux fumées bleues des châteaux-forts
Laissez-lui démonter le ciel
Dehors c'est toujours pareil
Le coin des rues comme des frontières
Et toujours penser à se taire
La ville encerclée sous le gel
Depuis c'est toujours pareil

Le temps malmène
Ces hommes qui traînent
Le poids de leur corps
Leurs phrases vides
Leurs larmes sèches
Leurs années d'effort
Les rues immenses
Où le givre s'avance

Et la patrouille dehors
C'est à peine si les pavés résonnent
Sous le pas lourd des moitiés d'homme

Les mains fermées sur leur colère
Les yeux comme privés de lumière
Peut-être un jour si Dieu s'en mêle

La pluie remontera au ciel
Vers nos immobiles remords
Mais c'est toujours pareil dehors

Le temps malmène...
Et s'il veut vivre longtemps
Surtout laissez rêver l'enfant...
Acheter
Vidéo
7. Leila et les chasseurs
Leïla si tu savais les yeux qu'elle a
Quand elle voit s'approcher les chasseurs
Acheter
Vidéo
8. Dame d'un soir
Dame d'un soir,
Je t'imagine, sans effort.
Dame d'un soir,
Quand je m'endors,
Laisse faire la lumière,
Laisse-toi soulever doucement,
Fermes les yeux,
Dehors il pleut, un peu.

Tu dérives, captive
Vers le soleil blanc d'un nouveau jour,
Quelqu'un t'attend,
Au bout de l'Océan.

Dame d'un soir
Acheter
Vidéo
9. Quelqu'un de l'intérieur
J'avais besoin de chaleur
Personne autour pour l'amour
Le ventre des flippers
Et pour parler les boules d'acier
Et les zéros du compteur
T'étonnes pas si je suis
Quelqu'un de l'intérieur

Ils voulaient que je leur ressemble
Ces hommes qui chassent, qui violent
Qui calculent et qui vendent
Et qui voulaient que j'aille après
Confesser mes erreurs

T'étonnes pas si je suis
Quelqu'un de l'intérieur
J'ai supposé qu'on s'habitue
Et que ce serait ma vie

J'étais un peu mal au début
Mais je t'assure qu'aujourd'hui
J'en ris plus souvent que j'en pleure

Je suis quelqu'un de l'intérieur
Je les regarde qui dansent
Et qui parlent et qui parlent
Et qui disent plus que ce qu'ils pensent

Qui se séduisent à coup de phrases de rien du tout
Qui se parlent tellement
Qu'ils trouvent que je parle pas beaucoup
Alors ils croient que je suis triste

Mais si je mettais mon coeur là
Au milieu de la piste
Ils verraient des couleurs
Ils savent même pas qu'elles existent

C'est pas le courage qui me manque
Qui m'empÍche de sourire
Y'a des moments tellement beaux
Y'a que le silence pour le dire

J'en ris plus souvent que j'en pleure
Je suis quelqu'un de l'intérieur
Peut être ils croient que je suis calme
Que je compte les étoiles
Au milieu de leur vacarme

Mais si un jour je dévoile
Les secrets de mon âme...
C'est pas le courage qui me manque
Qui m'empêche de sourire

Y'a des moments tellement beaux
Y'a que le silence pour le dire
T'as pris toute la place dans mon coeur

Mais je suis quelqu'un de l'intérieur
Acheter
Vidéo
10. Les chevaliers Cathares
Les chevaliers Cathares
Pleurent doucement,
Au bord de l'autoroute
Quand le soir descend,
Comme une dernière insulte,
Comme un dernier tourment,
Au milieu du tumulte,
En robe de ciment.

La fumée des voitures,
Les cailloux des enfants,
Les yeux sur les champs de torture,
Et les poubelles devant.

C'est quelqu'un au-dessus de la Loire
Qui a dû dessiner les plans,
Il a oublié sur la robe,
Les tâches de sang.

On les a sculptés dans la pierre
Qui leur a cassé le corps,
Le visage dans la poussière
De leur ancien trésor.

Sur le grand panneau de lumière,
Racontez aussi leur mort,
Les chevaliers Cathares
y pensent encore.

N'en déplaise à ceux qui décident
Du passé et du présent,
Ils n'ont que sept siècles d'histoire,
Ils sont toujours vivants.

J'entends toujours le bruit des armes,
Et je vois encore souvent
Des flammes qui lèchent des murs,
Et des charniers géants.

Les chevaliers Cathares
Acheter
Vidéo